Green Cats, Babies!

On a tendance à trop parler. On a décidé d'écrire : ceci est notre blog.

On a (re)vu Narco Terror dans une cave d’enfer (avec The Americans 2)

Narco Terror à L'International © Loïc S (iPhone)

Narco Terror à L’International © Loïc S (iPhone)

Hier soir nous étions à L’International. Les frères terribles y donnaient une nouvelle confirmation : Narco Terror ferait passer pour des clowns peinturlurés une bonne majorité des artistes du HellFest (festival par ailleurs hautement recommandable qu’on trouverait extrêmement bien inspiré d’avoir l’excellente idée de les programmer dès cette année :) ). C’est qu’ici l’intensité est palpable à même la peau. Le défouloir est complet. La musicalité est maîtrisée soit, mais à coup de marteau piqueur. On chante, on hurle, on gueule, on enchaîne les riffs, les citations et le clins d’oeil rigolards. Nicolas est magistral derrière une Framus qu’il fait dégueuler de saillies mêlant lourdeurs métalleuses et subtilités vintage. Imaginez que System Of A Down ait le son bluesy des White Stripes et vous avez une approximation correcte. Antoine derrière sa batterie est intenable. Il est particulièrement agacé ce soir par quelques difficultés techniques (un pied de micro de merde qui ne cesse de laisser tomber la tête du micro c’est effectivement insupportable quand on chante la plupart de titres en lead). Mais il en redouble d’énergie et de panache – de fougue. On pourrait le croire prêt à tout bousiller, notamment quand il se jette tête la première dans le plexiglas devant la batterie. Mais la vérité, c’est qu’il bouillonne, entre fureur et virtuosité primaire. Les roulement sont urgents, précis. Les toms sonnent lourdement et les frappes sont des chocs monstrueux. Les vocaux sont puissants, généreux, colériques. Bref : les chevaux sont lâchés. Et en l’occurrence, le bourrin est un animal de traie qui, le sourire à la gueule, a décider d’aller tout droit – et point. Un set parfait.

Juste après Narco Terror, on aura l’heureuse surprise de découvrir The Americans 2. Nicolas a repris du service à la gratte (en changeant juste de coiffure au passage, pour la blague). Ici, on a troqué la Framus pour une autre bûche  apparemment une Morris, sorte de Teisco à l’accordage capricieux. La son est brut, très garage. Souligné par une petite reverb, cela se marrie parfaitement à un jeu de batterie frais comme une bière sortie du fût et aux voix captivantes des deux autres membres du groupe, un mec et une nana qui alternent les rôles entre micros et batterie. Ca sonne, ça joue urgemment, mais bien. On y reviendra dès que possible. Miam. 

Narco Terror à L'International © Loïc S (iPhone)

Narco Terror à L’International © Loïc S (iPhone)

Narco Terror à L'International © Loïc S (iPhone)

Narco Terror à L’International © Loïc S (iPhone)

Narco Terror à L'International © Loïc S (iPhone)

Narco Terror à L’International © Loïc S (iPhone)

The Americans 2 à L'International © Loïc S (iPhone)

The Americans 2 à L’International © Loïc S (iPhone)

The Americans 2 à L'International © Loïc S (iPhone)

The Americans 2 à L’International © Loïc S (iPhone)

The Americans 2 à L'International © Loïc S (iPhone)

The Americans 2 à L’International © Loïc S (iPhone)

[+]

facebook.com/narcoterror

Publicités

Un commentaire sur “On a (re)vu Narco Terror dans une cave d’enfer (avec The Americans 2)

  1. Pingback: On a (re)vu Narco Terror dans une cave d'enfer (avec The Americans 2) | Green Cats, Babies! Music NEWS | Scoop.it

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Twitter Green Cats, Babies!

Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.