Green Cats, Babies!

On a tendance à trop parler. On a décidé d'écrire : ceci est notre blog.

[LIVE REPORT] MO’FO’13 – Jour 3 (27.01.2013)

Anika / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

Anika / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

Mr Parvulesco :

« La soirée du dimanche au MO’FO est toujours celle des surprises. On se souvient de l’excellente prestation de Television Personnalities ou Tender Forever l’an dernier. Arrivé de bonne heure, je dû attendre l’ouverture des portes pour assister au premier concert. »

« Les quatres garçons de Mrs Good sont sous influence marquée et lourde d’un sous-marin jaune ou d’un village vert. Ils sont difficiles à suivre dans des breaks incongrus. Quel intérêt de reprendre in extenso « The Look » de Metronomy. C’est tout juste sympathique mais absolument pas au niveau. »

« Quoi de neuf pour Damon & Naomi depuis leur dernier passage au festival en 2009 ? Le duo interprète toujours de délicates balades envoûtantes et dépourvues d’artifices, on notera une belle reprise de Tim Buckley, bref le set tout indiqué à l’heure des humeurs maussades du dimanche soir. Tour à tour moqueur ou bateleur Damon invoque  Gérard de Nerval et son homard, avant de se lancer dans la promotion de leurs nombreux livres, dvd ou disques. Je n’ai vu que quelques instants de la prestation de Richard Youngs, accompagné de Damon à la batterie. Poignants dans un interprétation a capela. Entre malaise et fascination, c’est impudique. Une prise de risque maximum. »

« Alors que Lescop imagine être la seule personne a connaitre Mishima et Truffaut, Arne Vizon ne nous prend pas pour des cons avec sa pop électronique. Il y a de la dérision et du second degré. Il fait sortir du bois le fan honteux de Visage qui sommeille en nous en convoquant les otaries du zoo de Vincennes ou un lapin patibulaire. Toujours à la limite du foutage de gueule,  on s’abandonne avec délice au démon de la danse sur des rythmes de jerk électronique. »

« Pendant ce temps au bar du gymnase, les tables ont été poussées pour faire de la place à Camera et à Fairhorns. Une prestation improvisée qui fait toute la nécessité de soutenir un festival comme le Mo’Fo, un endroit où l’on défend des idées et où il se passe des choses uniques.  Malheureusement, la sono prévue pour l’ambiance à du mal à suivre la hargne du batteur. Dans un excès de rage il shoote dans le tom bass. Il s’en va. C’est fini. Les autres musiciens penauds rangent leurs instruments. Personne n’avait vu venir cette colère. Il y a de la tension dans l’air. Une histoire est en route et se colportera de conversations en discussions. »

« Sur la scène Mo, Ricky Hollywood semble avoir tellement de bonnes idées qu’on aurait envie de lui mettre des claques. Esthète du kitsch, le geek chantant manie ironie et non sens avec agilité. Rejoint sur scène par Arne Vizon, ils interpréteront  « l’amour peut être » un questionnement naïf et qualitatif de l’amour mais absolument pas romantique. Une mention spéciale pour la reprise du générique de Twin Peaks traduit en Français. »

« Anika enfouit son chant grave dans les beats hyptoniques d’un dub glacial. La voix est fondue dans les morceaux. Hautaine ? Dédaigneuse ? Sublime égérie ? Anika est elle timide ? L’interprétation des morceaux colle à la production studio. Mais on s’en fout c’est tellement bon. Portés par le rythme tout cela n’a plus vraiment d’importance. »

« Trust venu remplacer au pied levé Stéréo Total trouve toute sa place dans cette programmation. Le groupe canadien termine cette treizième édition sur une note moins potache que le duo franco-allemand. Trust c’est tout simplement une efficace musique de danse convoquant les grands ancêtres du genre New Order, Depeche Mode ou OMD, sans déraper dans la parodie. »

« Le Mo’Fo a su prendre des risques cette année. Un nouvel esprit est insufflé sur l’événement. Dommage que les adorateurs du silence nocturne contraignent tant la manifestation. »

Loïc :

« Les harmonies vocales joliettes de Mrs Good ont sympathiquement ouvert la soirée. Rien de nouveau sous le soleil, mais une pop tradi de facture correcte. »

« Intimiste et tout en subtilité, le duo Damon & Naomi tisse des chansons toutes faites de dentelles, à écouter au coin du feu en leur portant une attention bienveillante. »

« Liesa Van Der Aa est une bombe scénique. Armée d’un violon et d’un pedal-board fourni comme un cockpit d’Airbus, l’Anversoise empile les boucles, martyrise son violon et décoche des traits vocaux purement superbes. Affairée comme un scultpeur autours de son bloc de marbe, elle est partout à la fois : à terre pour modeler des sons samplés sur le vif au moyen de ses pédales, collée au micro pour dessiner des mélodies dont certaines sont déjà intemporelles, derrière son violons pour sculpter nappes, riffs rageurs et rythmiques diaboliques. Le show de Liesa Van Der Aa est une invitation lancée à tous les groupes planqués derrière leurs machines à retourner à l’Ecole du Sampler, pour tenter de peaufiner leurs gammes sur l’instrument et comprendre enfin que toute la geekerie du monde peut déboucher à une certaine excellence scénique et poétique. Liesa rend la boucle magique et flamboyante. La Belge est bluffante, touchante, puissante, subtile et racée. Géniale. »

« Happé par le show de Liesa Van Der Aa, nous avons manqué une grande partie du show d’Arne Vinzon, (nous acceptions d’être fouetté avec des orties sur la place publique à Anvers pour expier cette faute impardonnable). Ceci dit, nous avons tout de même pu apercevoir la puissance sonique du groupe, qui développant un écrin synthétique et dansant, pop et new wave, autours d’une voix singulière à la narration profonde. Un peu comme si Katerine redevenait tout à coup un mec sérieux. »

« On n’a vu que quelques minutes de Ricky Hollywood : ça avait l’air marrant, délirant et copieusement dansant. On se jettera avec plaisir sur leur prochaine venue parisienne. »

« ET BAM ! Surprise : Fairhorns + Camera se retrouve à l’improviste dans l’enceinte maléfique du Mo’Forum pour une jam improvisée pas piquée des hannetons. Camera pose les soubresauts magnifiques d’un kraut rock aux répétitions hypnotiques, pendant que Fairhorns chante, incante et hurle. On est saisi par la spontanéité jouissive de cet accouplement inattendu. On se prend à penser que c’est ce genre de formules qui pourrait devenir le coeur – la définition – d’un festival réellement D.I.Y.. On part juste avant la fin du set pour se placer au devant de la scène Fo’. On voudrait être en bonne position, iPhone à la main, pour saisir quelques pixels d’Anika. »

« Anika est l’exact inverse de Liesa Van Der Aa. Alors que la seconde habite la scène et fait montre d’une virtuosité inégalable, la première donne l’impression de trouver insupportable d’être face à un public, possède une technique vocale degré zéro et semble n’avoir envie que d’une chose : mettre fin à tout ça le plus urgemment possible… Les deux femmes ont cependant en commun d’être profondément captivantes. C’est que la magie opère tout à fait différemment chez Anika. La jeune allemande est fantomatique et distante, glaciale dans sa présence et par là même pétrifiante. C’est dans l’économie et la mesure, dans la simplicité superbe qu’elle dévoile un personnage aussi intrigant que saisissant. Elle impose une certaine gravité, une certaine profondeur. Le rythme monocorde et détaché de sa voix se fait envoûtant et trouve dans l’élégance des textures dub / trip-hop de son groupe un écrin parfait. Alors que nous étions resté sur notre faim quand nous l’avions vue en ouverture de journée à La Route du Rock, nous devons admettre que dans les ombres de Mains d’Oeuvres, Anika prend une dimension tout-à-fait bouleversante. »

« Tout affairé du côté Anika, nous n’avons pas pu voir Richard Young w/ Damon. »

« La défection de Stereo Total pour raison de santé n’a pas empêché l’équipe du Mo’Fo’ de dégoter en dernière minute un final grandiose. Non pas un remplaçant voisin dispo comme ça au pied levé (quoiqu’on n’aurait pas dit non à un petit Frustration…), mais le groupe Trust. Nous avons été littéralement scotché sur place par le show dark et dansant des Canadiens. Derrière le micro, ont tient le fils spirituel de Peter Murphy (Bauhaus). Robert Alfons a une voix singulière, surprenante et profonde. Elle se love dans des arrangements synthétiques tendus. On pense à un New Order gonflé à bloc et débarrassé de ses guitares. On pense à Depeche Mode. Le live rend le son du groupe énorme, consistant et épais. Par rapport aux enregistrements, le chant gagne en profondeur, les synthés déploient toutes les subtilités de leurs dynamiques démoniaques, les rythmiques se font rageuses. D’un coup : Mains d’Oeuvres est devenue l’Hacienda des années 2010. Bluffant. »

Préparations en après-midi / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

Préparations en après-midi / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

Hula hoop au Mo'Forum / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

Hula hoop au Mo’Forum / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

Arne Vinzon / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

Arne Vinzon / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

Jiess / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

Jiess / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

Mrs Good / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

Mrs Good / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

Damon & Naomi / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

Damon & Naomi / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

Ambiance / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

Ambiance / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

Stage / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

Stage / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

Arne Vinzon / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

Arne Vinzon / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

Arne Vinzon / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

Arne Vinzon / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

Arne Vinzon / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

Arne Vinzon / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

Atelier ostéopathie / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

Atelier ostéopathie / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

Liesa Van Der Aa / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

Liesa Van Der Aa / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

Liesa Van Der Aa / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

Liesa Van Der Aa / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

Liesa Van Der Aa / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

Liesa Van Der Aa / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

Toma - Balade Sonores / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

Toma – Balade Sonores / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

Fairhorns + Camera au Mo'Forum / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

Fairhorns + Camera au Mo’Forum / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

Ricky Hollywood / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

Ricky Holywood / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

Ambiance / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

Ambiance / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

Anika / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

Anika / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

Anika / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

Anika / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

Anika / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

Anika / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

Anika / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

Anika / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

anika2

Anika / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

Anika / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

Anika / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

Anika / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

Anika / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

Anika / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

Anika / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

Anika / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

Ambiance - Mam de la sécu / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

Ambiance – Mam de la sécu / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

Trust / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

Trust / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

Trust / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

Trust / MO’FO’2013 © Loïc S (iPhone)

[+]

mainsdoeuvres.org

Publicités

Un commentaire sur “[LIVE REPORT] MO’FO’13 – Jour 3 (27.01.2013)

  1. Pingback: [LIVE REPORT] MO’FO’13 – Jour 3 (27.01.2013) | Green Cats, Babies! Music NEWS | Scoop.it

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Twitter Green Cats, Babies!

Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.