Green Cats, Babies!

On a tendance à trop parler. On a décidé d'écrire : ceci est notre blog.

Electrelane à la Plage de Glazart, le 22 juillet 2011

On est arrivé armés de K-Way et de parapluies. On avait ressorti les vieilles-baskets-qu-on-doit-jeter-depuis-des-lustres-mais-non-quand-même-ça-peut-servir, en se disant que oui, aujourd’hui enfin elles pourraient servir et rendre l’ultime service. On s’attendait à une Route du Rock avant l’heure. On craignait une boucherie sans nom, de la boue partout, des jeans trempés, des t-shirts dégoulinant. On attendait le déluge dans les cieux comme sur scène. On se voyait déjà se vautrer à plat ventre à même le sol, bousculé dans la fosse par du trentenaire euphorique ou simplement maladroit sur terrain glissant. A vrai dire, on avait secrètement très envie que ça finisse salement. On se voyait déjà rentrer détrempé et brun de boue dans le métro, content de glisser des petits sourires à tous les regards croisés pour dire en une fraction de seconde « hé ouais, c’est ça la vie, chérie ».

Il est 19h45 quand on entre sur la Plage de Glazart. La première partie est déjà sur scène. Le temps est effectivement maussade, mais tristement sec. Joli concert du duo français Mensch, qu’on regarde avec plaisir pendant quelque minutes. Puis, bière… Fin de la première parie… Attente étourdie… On rêvasse, on croise des potes, on attend des potes et des potes de potes… On se raconte la soirée de la veille… On déplore le gueule de l’été 2011 à Paris… Et puis on jette un oeil à l’audience. Il sont nombreux. Le lieu est plein, malgré le temps et le fait qu’on soit en plein air. Tous on l’air d’avoir une trentaine d’années au minimum et bien au-delà. Des gens qu’on avait pas vus depuis de lustres – ceux qui peuplaient chaque soir il y a 5 ans le Point Ephémère, le Pop-In, La Flèche d’Or, le Pulp -, d’autres qui ont l’air d’avoir toujours été là. D’autres qu’on s’attend à voir mais qu’on ne voit pas. Alors on s’inquiète. Mais où sont les Herman Düne ? Et Etienne Jaumet ? Où est Adrien Grolée ? Et Elise Vaugeois ? On y pense et puis on oublie en tournant le regard vers le ciel : c’est quand même méchamment couvert…

Soudain Electrelane nous sort de nos divagations. Voilà les quatre filles sur scène. Les sourires sont là, le son est gros. On reconnait les instruments, on reconnait les visages. Les cheveux ont poussé depuis le Trabendo en novembre 2007 (si je me souviens bien – je crois qu’il y avait Tender Forever en première partie), mais elles n’ont pas changé. Il est 20h30 et des poussières et on est parti pour un concert qui durera jusqu’à l’heure buttoir, 22h. Le premier morceau décrasse. On se dit qu’on avait un peu oublié à quel point c’est bon un live d’Electrelane – on rentre directement dans le match. Dès le second morceau, comme à la Route du Rock 2007, les nuages s’ouvrent pour laisser passer un peu de lumière. Les bras se lèvent, tout le monde se marre et abandonne pour 15 secondes toute neutralité religieuse en se disant que c’est quand même divin, ce bout de soleil qui pointe son nez au tout début du deuxième titre. Il ne faudrait pas nous faire le coup à chaque fois quand même… A côté de moi, il y a Uzi qui prend en note la setlist sur son iPhone, en secouant doucement les cheveux et en adressant alentours toutes les 30 secondes son légendaire « bec du canard », moue bizarroïde très locale, entre le sourire et la grimace qui signifie – en gros – « Yeah, ça butte, mec!!! » (bientôt peut-être son avis sur la soirée…). Au cours du concert, à plusieurs reprises, souvent en Français, les filles d’Electrelane nous gratifient de « merci » et de « In five recent shows, you’re from far the best crowd ». On est ravis d’avoir revu en si bonne forme Electrelane et on se réjouit à l’idée de les retrouver une nouvelle fois cet été à St-Malo pour la Route du Rock 2011.

Setlist – Elecrelane le 22 juillet 2011 à La Plage de Glazart (Paris)
Gone Under The Sea (The Power Out)
Bells (Axes)
Two For Joy (Axes)
8 Steps (Axes)
To The East – (No Shouts No Calls)
Birds (The Power Out)
On Parade (The Power Out)
This Deed (The Power Out)
If Not Now When (Axes)
Only One Thing Is Needed (The Power Out)
I Love You My Farfisa (single)
Blue Straggler (Rock It To The Moon)
Small Town Boy (reprise de Bronski Beat)
UOR (Rock it to the moon)
The Partisan (reprise de L. Cohen)
Long Dark (Rock It To The Moon)
————
I Want To Be The President (I Want To Be The President EP)
I’m On Fire (B. Springsteen – single)

 

[+]

electrelane.com

2 commentaires sur “Electrelane à la Plage de Glazart, le 22 juillet 2011

  1. adbigmilk
    juillet 24, 2011

    Adrien Grolée ? Quel drôle de pseudonyme…

  2. Bali07
    juillet 26, 2011

    Manquait quelques titres de No shouts, No Calls quand même… comme Five ou In Berlin.
    Et puis il faut mentionner leur relation avec les fans, elles font toujours leur merchandising, disponibles et accessibles pour une conversation ou un autographe…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le juillet 23, 2011 par dans Concerts & événements, NEWS, Reportages, et est taguée , , , , , , , .

Twitter Green Cats, Babies!

Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.