Green Cats, Babies!

On a tendance à trop parler. On a décidé d'écrire : ceci est notre blog.

The Two au Café de la Danse

© Julien Perez

© Julien Perez

© Julien Perez

J’ai l’impression de me répéter lorsqu’il s’agit de The Two ;  toujours ce n’est qu’éloge et autres compliments. C’est ça le risque de découvrir un groupe à ses balbutiements. J’ai eu la chance de les entendre en live alors qu’ils n’étaient que deux, au moment où Ara apprivoisait les machines et où David jonglait avec les loops.

Aujourd’hui au Café de la Danse The Two a réussi à garder la douceur des premiers instants, tout en y ajoutant des sons plus électriques (comme la reprise de Michael Jackson murmurée puis énergique). Un mélange abouti grâce à Jérémie (batterie) et Phil (basse), les deux musiciens qui les accompagnent désormais. Que de surprises ce soir entre les nouveaux morceaux, un duo et des chansons qui prennent une place particulière en live.

Après un petit aperçu au Nouveau Casino en février dernier, The Two se lâche et fait plaisir au public parisien en proposant deux nouveaux titres (What A Day et Rely). On découvre Ara en guitariste pour une chanson très rock, qui colle parfaitement à sa voix; un pur moment! C’est parce qu’elle est entourée de garçons guitaristes qu’elle a eu envie de s’essayer à l’instrument, le résultat n’est qu’encourageant. Côté changements je remarque bien entendu la nouvelle couleur d’Ara, mais surtout sa liberté prise concernant la scène; la demoiselle s’échappe du pied de micro pour se balader au gré des morceaux. De son côté David est toujours impressionnant durant ses solo. On voit que le groupe prend une nouvelle direction plus péchu, ce qui n’est pas sans me déplaire.

Une belle surprise attend le public lorsqu’au rappel on voit arriver sur scène le leader de No One Is Innocent. Kemar vient partager un de ses titres. En effet le duo a eu un choc en entendant Ou étions-nous? Même si aux premiers mots il est étrange d’entendre Ara chanter en français, on s’y habitue rapidement.

En live The Two fait preuve d’élégance et de sobriété. Les lumières qui peuplent la scène en sont la preuve. Sur Piece Of You on croirait voir des lucioles venues éclairer la salle, tandis que durant Coma ce sont des douches qui viennent arroser chaque membre. Cette dernière chanson (avant le rappel) est une des plus intenses à écouter, et clôt à la perfection un set merveilleux.


[+]


thetwomusic.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le juin 21, 2011 par dans Concerts & événements, Reportages, et est taguée , , , , , , .

Twitter Green Cats, Babies!

Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.